Une gifle à la Belgique

GDPR General Data Protection Regulation for European Union concept, security of personal information and identity on internet

D’après Politico la commission considère que la Belgique n’a pas respecté le RGPD. Pointé notamment la nomination au sein de l’autorité de contrôle de mandataires publics qui doivent être contrôlée. Ceci pose un problème de conflit d’intérêts, d’incompatibilité et nuit à l’indépendance de l’autorité de contrôle. Parmi ces personnes, le désormais fameux Frank Robben, patron de la « Smals », bras informatique de l’Etat, mais aussi d’autres organismes.

Retenons que Frank Robben a piloté depuis la fin des années 80 les grandes phases d’informatisation de la sécu et en particulier de la santé dans notre pays. La banque carrefour de la sécurité sociale, la fameuse carte SIS, sont ses créations. Son expertise est considérable et jugée souvent incontournable ce qui lui vaut de siéger dans beaucoup d’organismes liés à l’informatique et aux donnés, y compris l’APD, l’autorité de protection des données, l’organisme censé contrôler le respect de nos vies privées.

Aujourd’hui, la Belgique devrait recevoir un coup de trique. Ce qui est perturbant c’est notre passivité. Car oui, nous connaissons ces problèmes et il y a une persistance à ne pas vouloir les régler qui heurte. Tant du côté du gouvernement que du côté du parlement, il y a une forme d’apathie et ou d’impuissance qui est assez étonnante et qui nourrit chez certains les thèses les plus folles.

Les signaux d’alertes se multiplient depuis des mois, deux directrices de l’autorité de protection des données se sont émues publiquement du problème. Les rectrices de l’ULB et de la VUB, Annemie Schaus et Caroline Pauwels avaient écrit une carte blanche il y a un mois. Voici ce qu’elles disaient : « Nous appelons l’ensemble des pouvoirs publics, et en premier lieu le Parlement, à veiller au respect de l’indépendance et au bon fonctionnement de l’APD. À défaut, la Belgique s’exposerait non seulement à voir sa responsabilité engagée sur le plan européen, mais aussi à mettre en danger la vie privée de ses citoyens, socle essentiel du fonctionnement de la démocratie et des libertés publiques. »

La suite ici : Une gifle à la Belgique