Pour Joe Biden, le plus dur commence maintenant

Le nouveau président américain, conscient de la nécessité de réformer son pays, poursuit sur sa lancée et annonce dans la foulée vouloir investir 2.200 milliards pour moderniser les infrastructures américaines ainsi que 1.800 milliards pour soutenir les familles. Pour le financement, Joe Biden évoque une réforme fiscale incluant notamment une hausse de l’impôt sur les sociétés et sur les revenus des plus aisés ainsi qu’une taxation minimale mondiale des multinationales.

À l’international, le locataire de la Maison-Blanche prône un retour du multilatéralisme et s’astreint à rassurer ses alliés après quatre années mouvementées.

Si tout se semblait jusque-là se dérouler parfaitement, la réalité du pouvoir rattrape le nouveau président. Les difficultés s’accumulent désormais sur plusieurs fronts: la campagne de vaccination connaît un ralentissement depuis le début du mois de mai, les négociations avec le Congrès s’enlisent et les dossiers internationaux s’accumulent.

De décembre 2020 à mai 2021, plus de 290 millions de doses des vaccins contre le Covid-19 ont été administrées aux États-Unis. Au 7 juin, plus d’un adulte américain sur deux est pleinement vacciné et de même, plus de la moitié de la population l’est au moins partiellement. Ces chiffres impressionnants viennent récompenser les efforts de la nouvelle administration américaine qui a fait de la résolution de la crise sanitaire sa priorité.

Cependant, depuis plusieurs semaines, le rythme de la vaccination tend à ralentir alors même que tous les Américains de plus de 12 ans peuvent en bénéficier sans délai ni condition. Lors de la semaine du 11 avril, la moyenne quotidienne de doses administrées était de plus de trois millions. Un mois plus tard, c’est moitié moins. Le seuil d’immunité collective est pourtant loin d’être atteint. Plusieurs dispositifs, promus ou soutenus par la Maison-Blanche, ont donc vu le jour pour inciter les plus jeunes et les plus sceptiques à se faire vacciner afin d’atteindre l’objectif de Joe Biden: rouvrir entièrement le pays le 4 juillet prochain, jour de fête nationale.

La suite ici : Pour Joe Biden, le plus dur commence maintenant