Guerre. Pour la première fois, des drones auraient attaqué des humains de leur propre initiative

Les informations rapportées par le New Scientist proviennent d’un rapportpublié en mars dernier par un groupe d’experts de l’Organisation des Nations unies. Il fait état d’affrontements en mars 2020 entre les forces alliées au Gouvernement d’union nationale, entre-temps dissous, et celles affiliées au maréchal Haftar et à son Armée nationale libyenne.

On y lit que des soldats du maréchal Haftar qui battaient en retraite ont été“pris en chasse” par des drones qui ont agi de façon autonome et ont été “très efficaces”, rapporte le magazine scientifique. Le rapport indique aussi que “les systèmes d’armes létales autonomes étaient programmés pour attaquer des cibles sans nécessiter d’échange de données entre l’opérateur et l’arme”. En d’autres termes, souligne leNew Scientist : Les drones ont été capables de chercher et d’attaquer des cibles sans passer par l’intermédiaire d’un être humain.”

Les robots tueurs en question, des quadrirotors Kargu-2 de fabrication turque, sont équipés d’une charge explosive et peuvent être pilotés par un humain ou fonctionner de façon autonome, à l’aide de caméras “dotées d’une intelligence artificielle qui repère et identifie les cibles”, explique encore le magazine.

Si, comme l’indique le rapport, ils ont ciblé des humains sans en avoir reçu l’ordre, ce serait une première, note le journal. “L’intégralité des détails concernant l’incident n’a pas été publiée et on ne comprend pas clairement s’il y a eu des victimes” mais, d’ores et déjà, “cet événement donne à penser que les efforts internationaux pour interdire l’utilisation d’armes létales autonomes ont un train de retard”.

La suite ici :  Guerre. Pour la première fois, des drones auraient attaqué des humains de leur propre initiative