Comment les banques européennes financent la ruée vers l’huile de palme en Asie du Sud-Est 

Les banques européennes ainsi que d’autres institutions financières (compagnies d’assurance, fonds de pension et gestionnaires d’actifs) ont été impliquées dans des défrichements illégaux pour la production d’huile de palme en Indonésie. De telles décisions peuvent avoir été en partie une cause de la destruction des forêts et des émissions supplémentaires de carbone, alimentant le réchauffement climatique.

Les citoyens de toute l’Europe ont involontairement contribué à cet impact, car leurs dépôts bancaires et leur épargne-retraite sont transformés par les institutions financières en argent pour les entreprises de produits de base à risque forestiers.

Au cours des sept dernières années, les bailleurs de fonds de l’UE, du Royaume-Uni, de la Suisse, de la Norvège et d’Andorre ont acheminé des sommes importantes vers les producteurs d’huile de palme, qui s’approvisionnent en matières premières dans des plantations où la végétation a été incendiée à plusieurs reprises, en violation de la loi indonésienne. La superficie totale touchée par les incendies de 2015 à 2019 équivaut à 112 687 hectares (10 fois la superficie du centre-ville de Paris).

Le marché européen importe des volumes considérables d’huile de palme d’Indonésie, principalement pour être raffiné en biodiesel en remplacement des combustibles fossiles dans le secteur des transports. Il est également utilisé comme ingrédient clé dans l’industrie alimentaire ainsi que dans les produits à composante chimique quotidiens tels que les détergents, les shampoings et les cosmétiques, faisant ainsi du secteur de l’huile de palme une activité rentable pour les créanciers et les investisseurs

La suite ici : Comment les banques européennes financent la ruée vers l’huile de palme en Asie du Sud-Est – Voxeurop