La social-démocratie est défaillante

«Les partis socialistes paraissent aujourd’hui atteindre dans plusieurs pays un point de bascule qui rappelle celui des partis communistes», constate le sociologue Mateo Alaluf dans «Le socialisme malade de la social-démocratie» aux éditions Syllepse. «Au terme d’un siècle et demi d’existence qui a façonné l’Europe et marqué le monde, faudra-t-il que la social-démocratie disparaisse pour préserver le socialisme?»

L’ancien directeur de l’Institut de sociologie du travail de l’ULB pointe l’horizon politique ouvert aux États-Unis par le «Green New Deal» du sénateur Bernie Sanders et de la membre du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez. Le candidat-président s’est présenté comme «socialiste démocrate». Privilégiant l’accès à la santé pour tous. Les droits des travailleurs face au capitalisme. Pour des raisons pratiques, le professeur émérite de l’ULB limite son analyse à l’Europe de l’Ouest.

Mateo Alaluf désigne par social-démocratie la forme prise par les partis socialistes dans leur interaction avec le mouvement syndical en Europe occidentale. Pour le docteur en sciences sociales, rien n’indique qu’un déclin socialiste soit irrémédiable. «À défaut des partis sociaux-démocrates, qui défendra et élargira les droits sociaux, le droit du travail, les services publics, la santé, l’éducation?»

En 1995, l’élargissement de l’Union européenne à 15 États augmente le poids de la social-démocratie. «Les socialistes avaient, entre 1999 et 2003, la capacité de faire prévaloir des mesures visant à harmoniser par le haut les critères sociaux et environnementaux et à insuffler des politiques favorables aux travailleurs à l’échelle européenne», rappelle le chercheur du centre Metices de l’Institut de sociologie. «Il n’en fut pourtant rien.»

«L’Europe n’a pas eu besoin de convertir les sociaux-démocrates au néolibéralisme. L’acceptation par les socialistes de la concurrence libre et non faussée a même freiné la construction d’une Europe sociale. L’élargissement de l’UE aux pays de l’Europe centrale et orientale en 2004 et 2007 confortera la dynamique libérale du processus européen.»

La suite ici : La social-démocratie est défaillante