Royaume-Uni: il y a quelque chose dans l’air – et ça ne sent pas très bon!

Malgré le succès de sa campagne de vaccination, le gouvernement britannique n’a pas vraiment connu de bons moments depuis l’apparition de la pandémie de Covid, ni depuis que le Royaume-Uni a quitté l’Union européenne, et plus récemment, il s’est retrouvé embourbé dans une série de fuites préjudiciables concernant la manière dont il gère ses relations avec certains intérêts commerciaux. Ces trois domaines d’activité suggèrent un gouvernement qui ne restera dans l’histoire ni pour sa compétence, ni pour son honnêteté.

Tout d’abord, sa gestion de la pandémie. Si tous les gouvernements étaient généralement mal préparés à faire face à l’épidémie, le gouvernement britannique semble avoir fait pire que ses homologues européens.

Deuxièmement, même s’ils ont été largement éclipsés par la pandémie, il y a les problèmes qui ont surgi à la suite du Brexit. Ici encore on peut relever le manque de préparation du gouvernement britannique, même en tenant compte du caractère tardif de l’accord de dernière minute conclu en décembre 2020, quelques jours seulement avant la sortie de l’UE. Non seulement cela a fortement restreint la capacité du Parlement à débattre des conditions de sortie proposées, se limitant en pratique à un seul jour de débat, mais cela a également laissé les entreprises et la population dans son ensemble mal préparées et dans le flou quant à ce qui était nécessaire pour faire des affaires avec les pays européens ou les visiter.

Troisièmement, et cette question reste en grande partie irrésolue, la série de fuites concernant la manière dont les contrats gouvernementaux ont été passés pour l’approvisionnement en fournitures médicales liées au Covid, les modes de lobbying de certains intérêts, la volonté du Premier ministre Boris Johnson de laisser les gens mourir du Covid plutôt que d’imposer un nouveau confinement, et même qui a payé pour la redécoration de son logement à Downing Street.

La suite ici : Royaume-Uni: il y a quelque chose dans l’air – et ça ne sent pas très bon!