Présidence Biden, les 100 premiers jours – et les 100 prochains

Les 100 premiers jours et l’adresse de Joe Biden au Congrès donnent d’ores et déjà des indications sur le leadership, la méthode, et l’ambition du Président américain, ainsi que sur le nouveau cap, la nouvelle synthèse démocrate, qu’il tente de faire émerger. Mais au-delà du symbole, il est beaucoup trop tôt dans sa présidence pour un véritable diagnostic : il faudra encore quelques mois pour que les nouvelles équipes soient en place ; les deux volets du « New Deal » de Biden, pour un total de 4 000 milliards de dollars, doivent passer l’épreuve du Congrès ; enfin, en politique étrangère, la plupart des dossiers font l’objet de revues stratégiques en cours.

Les 100 premiers jours sont une date artificielle mais un cap symbolique pour tout nouveau président depuis FDR, Franklin Delanoe Roosevelt, que Biden et ses conseillers (et la presse américaine) aiment tant invoquer. En raison des contraintes liées à la pandémie, ce cap des 100 jours coïncide avec la première adresse de Biden au Congrès, l’occasion de célébrer le succès de la campagne de vaccination, sa priorité absolue, ainsi que du premier plan de relance, mais aussi de revenir sur le projet d’infrastructure et de présenter la deuxième partie du plan Build Back Better, centré sur la politique familiale et de santé, et qui doit être financé cette fois par une hausse de l’imposition marginale des plus fortunés, là où le financement du volet infrastructures repose sur une augmentation de la taxation des sociétés.

Les 100 prochains jours seront décisifs, si les projets doivent passer au Congrès avant l’été, puisqu’ensuite le calendrier sera bousculé par l’impératif du vote des budgets 2022 puis le lancement des primaires. L’horizon le plus crucial est cependant celui des 600 jours qui restent jusqu’aux élections de mi-mandat de novembre 2022.

La première chose, déjà largement soulignée, est que l’on est loin des caricatures d’un président sénile ou empêché par des problèmes cognitifs, narratif dont la portée y compris de ce côté-ci de l’Atlantique illustre avant tout l’efficacité de l’écosystème médiatique républicain et de ses éléments de langage. Biden a d’ores et déjà illustré son ambition transformatrice, avec un activisme fidèle à son projet et sous pression d’un calendrier contraint par les marges très étroites dont il dispose au Congrès.

La suite ici : Présidence Biden, les 100 premiers jours – et les 100 prochains