UE : saisir l’occasion historique de la relance

Quand, en juillet 2020, les Etats membres de l’Union européenne (UE) ont réussi à s’entendre sur le principe d’un endettement commun pour financer un plan de relance de 750 milliards d’euros afin de venir en aide aux économies les plus touchées par la pandémie, l’accord avait été qualifié, à juste titre, d’historique. Cette solidarité financière inédite entre les Vingt-Sept ouvrait la voie à une nouvelle phase de l’intégration européenne. Neuf mois après, l’enthousiasme menace de retomber et l’impatience s’installe, alors que les sommes promises tardent à être déboursées.

Malgré tout, le processus vient de franchir une étape décisive. Mercredi 28 avril, l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne ont soumis à la Commission européenne leurs projets d’investissements pour validation. Une douzaine de pays auront finalisé la démarche d’ici à la fin de la semaine. Même si trop d’Etats membres tardent encore à remettre leur copie, la dynamique enclenchée permet d’envisager que les premiers versements puissent intervenir avant la fin de l’été.

La lourdeur et la lenteur du processus sont réelles. La volonté de la Commission d’orienter les dépenses principalement vers la transition écologique et numérique complique la prise de décision. Mais ce cadre strict constitue une garantie sur l’utilisation des fonds, pour qu’ils aboutissent à une transformation efficace et porteuse d’avenir de l’économie européenne.

La méthode répond à la nécessité de trouver un équilibre pour éviter deux écueils : des décisions trop intrusives de la Commission dans les choix économiques des Etats membres d’un côté, et, de l’autre, la propension de ces derniers à gaspiller l’argent communautaire faute de cadre précis. Ce contrôle a priori de la destination des investissements était une condition sine qua nonposée par plusieurs pays jusque-là réticents à toute idée de solidarité financière. La pesanteur des décisions est la contrepartie de ces exigences.

La suite ici : UE : saisir l’occasion historique de la relance