Biden et le climat, un tournant radical?

Biden avait présenté en juillet 2020 un programme climatique de 2000 milliards de dollars, avec de nombreux engagements pour une révolution de l’énergie propre, et des propositions beaucoup plus larges inspirées du Green New Deald’Alexandria Occasio-Cortez, incluant donc la lutte contre les inégalités économiques, sociales et raciales américaines au cœur d’une ambition transformatrice plus large.

Décrit comme « le plan le plus ambitieux et le plus complet jamais proposé » par le spécialiste du climat Michael Mann, le projet comprend de nombreux volets, au-delà des mesures en faveur des énergies renouvelables, concernant les infrastructures, l’agriculture, les transports, la finance, la défense, et la rénovation des réseaux électriques. Au-delà de l’engagement et de « l’opportunité » créée par la pandémie (« never waste a good crisis »), la nouvelle administration doit à la fois se pencher sur le bilan Trump (révision des décrets qui ont démantelé les réglementations de l’ère Obama), et mettre à jour les projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Ainsi, le Clean Power Plan ne sera pas réactivé, bien qu’il soit sorti de son marasme judiciaire fin janvier 2021, car ses objectifs portant sur 2020 ont pour l’essentiel été atteints, grâce à la baisse du prix du gaz, énergie fossile moins polluante que le charbon et le pétrole : ici c’est bien le marché qui a permis de réaliser les ambitions d’Obama, malgré Trump (qui n’a pas réussi à « Make coal great again » parce que le charbon n’était tout simplement plus rentable face à l’abondance de gaz américain bon marché).

La suite ici : Biden et le climat, un tournant radical?