Comment la pandémie a changé l’Europe (traduit de l’anglais)

Le déploiement du vaccin contre le covid-19 à travers le continent européen a été entaché de retards, impliquant des chicaneries sur les contrats avec les fabricants de médicaments, une abondante paperasserie, ainsi que des inquiétudes et une certaine confusion à propos du vaccin AstraZeneca. De nombreux pays européens ayant administré moins de la moitié des premières doses par habitant que le Royaume-Uni ou les États-Unis, j’ai voulu savoir exactement où l’Europe s’était trompée, et pourquoi.

Pour ce faire, j’ai appelé Adam Tooze, professeur d’histoire à l’Université de Columbia, qui a écrit plusieurs ouvrages sur la crise financière de 2008. Nous avons discuté des problèmes de vaccins en Europe et de divers sujets connexes, notamment les fissures politiques sur le continent, la façon dont les Européens perçoivent l’administration Biden et les différentes réactions des États-Unis et de l’Europe face aux deux grands chocs économiques de ces deux dernières décennies.

L’Europe a été confrontée à un certain nombre de défis au cours des 12 dernières années, depuis la crise financière jusqu’au Brexit, en passant par la montée du populisme de droite. Pensez-vous que les problèmes liés à la mise en place du vaccin proviennent des mêmes causes ?

C’est certainement un nouveau défi, comme pour tout le monde. Si l’on prend la crise du covid-19 dans son ensemble, on peut dire que tous les grands États du monde y sont confrontés et qu’il n’y a pas beaucoup d’États qui s’en sont sortis, à l’exception d’une poignée de cas bien connus en Asie de l’Est. Mais vous avez tout à fait raison de dire qu’en Europe la crise fait partie de la bulle de complaisance qui a éclaté en 2008 et que les Européens luttent depuis lors pour rétablir un récit plus positif.

La suite en anglais ici : How the Pandemic Changed Europe