Maya Kandel. Le New Deal de Biden

Alors que certains annonçaient le plan climat, d’autres un plan d’infrastructures, d’autres encore une loi sur la Chine, la réponse de Biden a été, pour reprendre l’expression américaine, « all of the above »: si le cœur du projet concerne les infrastructures, son nom officiel porte sur les emplois (« American Jobs Plan »), l’importance du volet climatique a conduit certains commentateurs à considérer que ce projet « est le Green New Deal », la lutte contre les inégalités sociales et raciales y est centrale, enfin de nombreux commentateurs ont relevé le fait que le discours de présentation de Biden avait utilisé beaucoup plus le mot « Chine » que le mot « routes ».

Une partie concerne en effet les « routes, ponts, ports et aéroports » : environ 621 milliards, auxquels il faut ajouter 165 milliards pour les transports publics, dont la majeure partie pour Amtrak (chemins de fer). Egalement dans cette partie : stations de charge pour véhicules électriques, rénovation des systèmes hydrauliques, développement de l’infrastructure internet haut-débit, rénovation des logements notamment publics, et modernisation des réseaux électriques.

Le plan comporte aussi un volet de 400 milliards pour les « infrastructures humaines » de soin (Care), en particulier les soins pour les personnes âgées, avec des budgets consacrés aussi bien aux infrastructures d’accueil que de soin, ainsi qu’à la formation et la revalorisation salariale. Il s’agit en effet d’un secteur aux salaires très faibles, et où la main d’œuvre, souvent issue de l’immigration, manque de plus en plus, ce qui alarme les experts en raison de l’explosion attendue de la population âgée aux Etats-Unis.

Un troisième axe de priorités concerne la lutte contre le changement climatique : les centaines de milliards déjà cités pour les réseaux électriques et les logements, plusieurs formes de crédits d’impôt pour faire évoluer le mix énergétique, et surtout (sans doute le plus difficile) un projet de norme fédérale sur ce même point (Energy Efficiency and Clean Electricity Standard) ; 174 milliards pour les véhicules électriques ; 16 milliards pour des emplois ciblés sur la reconversion de puits de schiste (gaz et pétrole) abandonnés et restauration des terres en question ; 10 milliards pour un nouveau « Civilian Climate Corps » affecté à des projets environnementaux et de protection de la biodiversité.

La suite ici : Le New Deal de Biden